www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Finistère

Vous êtes actuellement : BILINGUE 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
3 juillet 2015

La situation de l’enseignement bilingue

Conférence de presse. Quimper, jeudi 2 juillet 2015, SNUipp-FSU

Le SNUipp-fsu défend la diversité au sein de l’école publique. Les langues régionales y ont toute leur place. La signature de la charte des langues régionales ou minoritaires est une revendication nationale. L’enseignement doit y être de qualité et doit répondre aux mêmes exigences que l’enseignement mono. Les difficultés rencontrées en bilingue sont les mêmes qu’en monolingue, avec un peu plus d’acuité du fait des créations récentes de filières, d’une augmentation des demandes par les petites sections (comptés ou pas), les multiniveaux et la formation initiale et continue des enseignants... La demande des familles ne se dément pas. L’enseignement public doit répondre ! Il faut un abondement de la dotation académique et particulièrement dans le Finistère qui prendrait en compte la spécificité bilingue.

La précarisation au sein de l’enseignement bilingue n’est pas acceptable  :

Des enseignants vacataires sont recrutés tous les ans sur des CDD sur des contrats fragiles, sans assurance de réemploi. Ils ne peuvent prétendre à formation, ne bénéficient pas de frais de route et sont une main d’oeuvre bon marché et une variable d’ajustement. Le SNUipp milite pour que les contractuels aient des conditions facilitées pour le passage du concours interne spécial, mal adapté à leur situation. Ce sont ceux là mêmes qui n’ont pas eu les concours que l’on recrute sur le terrain sans formation. Pour le SNUipp c’est inacceptable d’autant que certains sont vacataires depuis de nombreuses années Au niveau de l’académie, le SNUipp demande un recrutement à hauteur des enjeux.

Des compléments de temps partiels bilingues nombreux ne sont pas assurés, pour autant l’administration fait le choix de placer des enseignants bilingues en sous service, effectuant une partie en classe non bilingue : c’est le cas pour ceux qui effectueront les compléments des professeurs des écoles stagiaires.

Les revendications syndicales pour améliorer la situation

Le SNUipp revendique un tiers temps en classe(et pas ½ comme en ce moment) ce qui offrira une meilleure qualité pour le stagiaire et une meilleure stabilité pour le titulaire de la classe. (idem dans le monolingue) Au titre de l’enseignement bilingue, nous rappelons la nécessité d’une dotation spécifique en postes pour l’académie. Les postes en complément de 0,5 des PES pourrait être mis à profit pour le dispositif plus de maître que de classe, assurer des remplacements bilingues quand un enseignant est malade...

Le SNUipp-FSU demande un nombre de mois de congés de formation supplémentaire et spécifique pour l’enseignement bilingue afin de faire partir en formation des enseignants monolingues qui en font la demande ou un supplément de formation pour ceux qui sentent le besoin d’améliorer la pratique de la langue.

En l’absence de moyens la filière dans son ensemble est donc fragilisée

Les postes bloqués pour les stagiaires inquiètent les familles car ce sont souvent les mêmes sites, empêchant une stabilisation. Quelquefois 2 postes dans la même école.

Des compléments de temps partiels sont assurés en français, alors que des titulaires sont sur des postes monos. Le SNUipp est intervenu en CAPD pour que les droits des personnels soient respectés. L’objectif est quand même que les élèves tendent à d’égales compétences fin CM2 pour pouvoir suivre des disciplines non linguistiques au collège !

De cet objectif doivent découler les moyens en postes et en personnels.

C’est ce que le SNUipp et le SNES au sein de la FSU revendiquent.

Article du Télégramme

 

88 visiteurs en ce moment

*Top

71, Rue Jacques le Viol 29 000 QUIMPER Tel :02 98 53 76 77 email : snu29@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Finistère, tous droits réservés.