www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Finistère

Vous êtes actuellement : ACTIONS 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
11 février 2010

Expérimenter et innover dans l’Education Nationale, c’est possible ...mais pas pour tous !

Une aide personnalisée au sein de la classe, en petits groupes, avec plus de maîtres que de classes à certains moments de la journée, cela existe mais que c’est difficile à faire admettre à l’institution !

Lors de la mise en place de l’aide personnalisée dans notre département, les écoles ont dû se débrouiller, souvent seules, pour trouver une manière de faire vivre ce dispositif.

L’absence de réflexion ministérielle sur les rythmes scolaires chez les jeunes enfants, l’absence de formation des personnels à l’aide personnalisée, ont été des obstacles pour que les équipes d’écoles puissent mettre en place un outil pertinent et efficace.

Combien d’écoles ne déplorent-elles pas le rallongement de la journée, la stigmatisation des enfants en difficulté, l’efficacité toute relative pour les enfants les plus en difficulté qui auraient retiré plus de bénéfice d’une prise en charge dans le cadre du RASED ?

A ces questionnements, des écoles, un peu partout en France, ont imaginé des dispositifs innovants pour réussir le pari de la réussite de tous les élèves. La revue Fenêtres sur cour s’en est faite l’écho à plusieurs reprises. Dans le finistère, l’équipe pédagogique de l’école élémentaire Jean Piaget à Morlaix a voulu tenir compte d’un certain nombre d’éléments ci-dessus pour proposer une démarche innovante de prise en charge des élèves en difficulté par des horaires décalés pour les classes.

Les classes de cycle 1 et 2 travailleraient de 8 H 45 à 11 H 45 et de 13 H 30 à 16 H 30 alors que les classes de cycle 3 travailleraient de 8 h 45 à 12 H 15 et de 14 H à 16 H 30.

Le battement horaire en fin de matinée et en début d’après-midi permettrait successivement aux collègues de cycle 2 et de cycle 3 d’intervenir dans les classes en soutien auprès de petits groupes alors que le grand groupe serait en contrat de travail individualisé. Par cette organisation, se concrétise notamment l’idée de plus de maîtres que de classes qui permet vraiment un travail d’équipe en cycles.

Bien évidemment, les collègues ont dû discuter avec les parents et la municipalité car cette mise en place nécessitait des aménagements (cantine, garderie..) et une adhésion des parents au projet. Ce fut le cas, et l’école se lança en 2008 dans ce dispositif. Les enseignants travaillaient bien 26 H par semaine et les élèves avaient 6 H de cours par jour.

S’il est vrai que le décret du 5 juin 2008 indique que les élèves en difficulté peuvent bénéficier au-delà des 24 H obligatoires, de deux heures maximum d’aide personnalisée, ne peut-on reconnaître un dispositif expérimental et innovant quand il existe ?

Personne ne peut soupçonner que les enseignants de Jean Piaget aient voulu dévoyer l’aide personnalisée, ils l’ont voulue réfléchie, mise en oeuvre par une équipe au service des élèves.

Et pourtant, L’Inspection Académique a sommé l’école dans un premier temps de se conformer strictement aux textes, sans tenir compte des progrès observés chez les enfants dans ce cadre d’horaires décalés. Les collègues appuyés par les parents, la municipalité, les DDEN, ont résisté et ont eu finalement gain de cause, mais à titre exceptionnel.

En ce début 2010, nous formons un voeu, celui que l’on permette à d’autres écoles d’innover, de mettre en oeuvre des dispositifs qui répondent au plus près des réalités du terrain et qui respectent les ryhtmes des enfants.

 

10 visiteurs en ce moment

*Top

71, Rue Jacques le Viol 29 000 QUIMPER Tel :02 98 53 76 77 email : snu29@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Finistère, tous droits réservés.