www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Finistère

Vous êtes actuellement : BILINGUE 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
6 juin 2010

L’administration pratique un nouveau genre de bilinguisme

Les enseignants bilingues ont-ils encore le droit de changer de poste ?
Notre administration a l’art et la manière de pratiquer un double langage : d’un côté on affiche un volontarisme en matière d’enseignement bilingue et dans le même temps on crée des contraintes insupportables sur les postes.

Enseignement bilingue : avant il y avait la langue de bois, maintenant il y la langue fourchue ! D’un côté on vous dit qu’on manque d’enseignants bilingues et que le vivier n’est pas grand et de l’autre on fait tout pour décourager les bonnes volontés d’y rester ou d’y accéder dans de bonnes conditions. D’un côté on vous parle de filière de qualité, de l’autre on détruit l’existant surtout là où cela fonctionne. C’est ainsi que si vous êtes enseignant bilingue en poste, on vous empêchera de changer de département, même à l’intérieur de l’académie, bafouant les règles les plus élémentaires de qualité de vie des personnels. Et si vous cherchez quand même à vous rapprocher de la frontière départementale, vous ne pourrez le faire pour cause de postes bloqués, réservés à de nouveaux stagiaires, disposition qui n’existe que pour les enseignants bilingues. Pourquoi donc rester ? Alors que les nouveaux stagiaires sont placés en surnombre dans des classes de maîtres formateurs, puis sur des supports de remplaçants, les stagiaires bilingues vont se retrouver en pleine responsabilité dans des classes, à double niveau (au moins), remplacés pendant les périodes de formation par des remplaçants non bilingues. Les parents apprécieront… Quelle entrée dans le métier ! Pour les nouveaux dans le métier, vous vous entendrez dire pendant des années que vous avez passé un concours spécial, beaucoup plus facile que le concours général. Est-ce quelque chose qui est reproché à tous ceux qui ont passé des concours dans d’autres académies ? Est-ce quelque chose que l’on reproche à ces messieurs qui passant les concours dans les années 80 arrivaient bien après ces demoiselles, et qui pourtant ont fait carrière depuis et quelquefois au plus haut niveau ? Sans compter que ce qui est un avantage, ratio nombre de candidats/nombre de postes plus intéressant, peut se retourner contre vous puisque cela nécessite une compétence supplémentaire (être bilingue) quelquefois sanctionnée par une note éliminatoire. Vous serez régulièrement les « oubliés » des formations, des inspections, devant à chaque fois rappeler que vous existez. Vous devrez sans cesse composer avec tous les acteurs de l’école en interne et en externe devant souvent légitimer votre existence, voire votre loyauté envers l’institution, chose que l’on ne demande à nul autre de justifier. Vous devrez souvent vous fabriquer vos propres outils (malgré les efforts faits en ce domaine). Et l’on s’étonne du peu de candidatures ? Et l’on s’étonne des défections annuelles pour se tourner vers l’enseignement non bilingue ?

Soit on veut que l’enseignement bilingue public existe et on s’en donne les moyens, soit on le traite à la marge comme c’est le cas aujourd’hui.

Au SNUipp on ne connait ni la langue de bois, ni la langue fourchue. Dès la rentrée nous programmerons une réunion des enseignants bilingues, y compris les nouveaux stagiaires et tous ceux que le sujet intéresse, et nous ferons remonter nos revendications au plus haut niveau.

 

40 visiteurs en ce moment

*Top

71, Rue Jacques le Viol 29 000 QUIMPER Tel :02 98 53 76 77 email : snu29@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Finistère, tous droits réservés.