www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Finistère

Vous êtes actuellement : METIER, CARRIERE ...  / CAPD-CTP 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
10 septembre 2010

Déclaration CTP du 9 septembre 2010

Mme l’Inspecteur d’Académie, Mmes et Mrs les membres du Comité Technique Paritaire,

Les enseignants ont rarement des motifs de satisfaction à la rentrée des classes mais cette année il semble que le point de rupture ait été atteint. Dans de nombreuses écoles les équipes attaquent l’année scolaire avec des difficultés toujours croissantes et ce ne sont pas les annonces gouvernementales qui sont de nature à calmer les inquiétudes. Les effectifs dans les écoles explosent. Les classes d’école maternelle à plus de trente enfants sont devenues monnaie courante et la seule réponse apportée par l’Institution est de limiter l’accueil des enfants de moins de trois ans, laissant à d’autres structures, quand elles existent, le soin d’assurer la première éducation. Ceci ne peut nous satisfaire et le SNUipp est au côté des collègues qui défendent la spécificité de l’école maternelle, une école assurant une éducation de qualité avec des effectifs décents, au service des enfants et de leurs familles. Problèmes d’effectifs encore quand les moyennes (nombre d’enfants/ nombre de classes) ne tiennent aucun compte des différentes cohortes et des répartitions impossibles dans les écoles. Problème aggravé encore dans le cas d’écoles regroupées où le cycle 2 devient le cycle d’ajustement des effectifs. Et que dire des cycles 3 à 28, 30 élèves et plus où il faut acquérir des certifications en langue, en informatique sans que les moyens matériels et humains soient mis à la disposition des écoles ? Ce CTP va prononcer un certain nombre d’ouvertures mais aussi un certain nombre de fermetures de classes obéissant ainsi à la loi des vases communiquant.

Au SNUipp nous considérons que toutes les demandes des écoles sont légitimes, si tant est que l’on se place dans l’optique de faire de la réussite de tous, la priorité.

Malheureusement le gouvernement actuel a choisi une toute autre politique. L’affichage dans les médias devient la règle au mépris de la réalité du terrain que vivent les familles et les enseignants. La loi de 2005 donne la possibilité aux familles d’inscrire leur enfant en situation de handicap dans les écoles. On leur dit que leur enfant bénéficiera d’un accompagnement mais les personnels recrutés, quand ils le sont en temps et en heure, sont des personnels certes volontaires mais peu ou pas formés. Quand l’intégration n’est pas possible et que les familles sont dirigées vers des instituts, elles découvrent le manque de places et les listes d’attente. Pas toujours au fait des rouages de l’Education Nationale et/ou de la MDPH, ces familles se sentent ballotées de droite et de gauche et au final accumulent du ressentiment qui s’exprime auprès des acteurs de terrain que sont les directeurs d’école et leurs adjoints. Les enfants en grande difficulté ou en difficulté plus légère peinent à être pris en charge : les CLIS disparaissent peu à peu du paysage éducatif, quant aux RASED, ils ne doivent leur survie qu’à l’action des personnels. Là encore c’est aux enseignants des écoles de devoir expliquer aux parents les carences du système. C’est encore et toujours aux équipes d’école de devoir expliquer aux parents d‘élèves que l’enseignant de la classe bilingue présent dans la classe n’a pas été formé pour le métier qu’il exerce, qu’il sera absent régulièrement et qu’on ne sait si c’est la même personne qui le remplacera, et que vraisemblablement cette personne ne sera pas bretonnante.

Le ministre se satisfait de cette rentrée scolaire. C’est dire le peu d’exigence qu’il a pour l’Ecole publique et pour la réussite de tous les enfants. C’est dire le peu de cas qu’il fait des conditions de travail des enseignants. Nous savons bien, nous au SNUipp, par le contact que nous avons en permanence avec les écoles que les situations sont très tendues et que l’Ecole, malgré toute la bonne volonté des enseignants peinera à assurer les missions toujours plus nombreuses qui lui sont assignées et ce avec toujours moins de moyens.

Notre ambition pour l’Ecole publique au SNUipp est de construire une Ecole qui sans ignorer les différences, lutte contre les inégalités.

Nous réclamons que soient alloués les moyens correspondants à cette ambition pour que l’Ecole publique devienne vraiment l’Ecole de la réussite de tous.

 

64 visiteurs en ce moment

*Top

71, Rue Jacques le Viol 29 000 QUIMPER Tel :02 98 53 76 77 email : snu29@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Finistère, tous droits réservés.