www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Finistère

Vous êtes actuellement : ACTUALITES  / 2020-2021 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
5 novembre 2020

Conditions de rentrée, le SNUipp-FSU écrit à la DASEN

Face aux conditions catastrophiques de cette rentrée, le SNUipp-FSU 29 interpelle la DASEN.

Madame la Directrice,

Les conditions de cette rentrée de congés d’automne ont été pour le moins chaotiques, bouleversées par l’assassinat de notre collègue, Samuel Paty et par la situation sanitaire liée au coronavirus.

Nous constatons au quotidien que le « on est prêt » asséné à qui veut l’entendre par M. Blanquer n’est qu’un mantra auquel il est le seul à croire. En effet, au niveau départemental, nous souhaiterions attirer votre attention sur certaines situations qui démentent les propos du ministre : Certaines circonscriptions n’ont pas fourni de masques pour les AESH (nous avons eu plusieurs remontées sur les circonscriptions de Morlaix et Quimper). Quand dans certaines écoles la consigne a été de distribuer 4 masques par AESH et enseignant.e.s, ailleurs les enseignant.e.s ont reçu 6 masques et les AESH rien.

Par ailleurs, dans certaines circonscriptions, c’est au directeur ou à la directrice de faire le déplacement à la circonscription ou dans une école « relais » pour aller chercher le réassort de masques, ce qui entraine parfois un déplacement de plusieurs dizaines de kilomètres, sur temps personnel et sans ordre de mission. Nous dénonçons cette situation. Nous avons pu constater à plusieurs reprises lors des dernières années que l’administration ne jouait pas son rôle de protection en refusant de reconnaitre l’accident de service dans des situations similaires. Le SNUipp-FSU 29 recommandera aux directeurs et directrices de ne pas se déplacer sans ordre de mission.

De manière générale les consignes restent floues alors que des réponses à des questions très pratiques auraient pu être prêtes depuis plusieurs mois. Par exemple sur les conseils d’école en distanciel (consigne : selon que l’on soit dans une « petite » ou une « grande » école) ou l’accueil des élèves des enseignant.e.s absent.e.s. L’utilisation de réponses type « dans la mesure du possible » insécurise les collègues et le manque d’un cadrage écrit nous laisse bien seuls face aux responsabilités des décisions prises. En exemple, nous pouvons citer une école où, dans une situation de plusieurs collègues absent.e.s non remplacé.e.s, face aux questionnements de l’équipe sur la gestion du non brassage, le CPC leur a raccroché au nez après avoir répondu « faites au mieux », ailleurs on a demandé à l’équipe de « faire preuve d’imagination ». Le manque de remplacant.e.s et le refus systématique de permettre la mise en place du distanciel pour les collègues en ASA mettent à mal la sécurité sanitaire et l’organisation de l’école.

D’autres questions mériteraient une communication claire, comme la question des élèves sans masque et des parents qui nous présentent des formulaires du type de celui de réaction 19. Que répondre à un parent qui nous rappelle que l’obligation d’accueil prime ? Les directeurs et directrices ont besoin d’un étayage légal solide et clair fournit par notre hiérarchie pour ne pas se sentir seuls au portail de l’école.

Ces mêmes consignes peuvent différer d’une circonscription à une autre. Par exemple, deux enseignant.e.s cas contact ont eu deux consignes différentes : à Quimper Ouest, on lui demande de rester chez elle, à Quimper Nord, on lui demande de venir en attendant le courrier de l’ARS. Dans ce contexte, alors que les personnels sont déjà à bout, certaines demandes paraissent hors-sol. Par exemple, la demande de Madame l’IEN chargée des langues vivantes sur la mise à jour Onde était clairement une erreur de planning. Cette opération n’est pas pratique et fastidieuse. Est-ce vraiment l’urgence du moment ? Quelle est l’utilité de cette demande (qui doit en avoir une, mais qui serait mieux acceptée si elle était explicitée). Par ailleurs, nous avons appris que le Recteur avait diffusé un courrier demandant aux équipes de rédiger les projets d’école. Cette demande a été répercutée en Ile-et-Vilaine, et dans certaines circonscriptions du Finistère. Nous insistons : en cette période il n’est pas possible de demander aux équipes de se lancer dans la rédaction des nouveaux projets d’école alors que beaucoup d’entre elles ne sont pas loin du point de rupture. Nous demandons de surseoir à cette réécriture et de prolonger les projets actuels jusqu’à la fin de la crise sanitaire.

Les collègues ont besoin de bienveillance et d’un peu de calme dans cette rentrée chaotique. C’est pourquoi nous tenions à signifier notre colère face aux propos tenus par un inspecteur en réponse à une fiche SST sur les masques, fiche lancée par un collègue très vulnérable. Après avoir décliné les caractéristiques des masques corele, il ajoute « Si ces données ne lèvent pas les angoisses irrationnelles, peut-être peuvent-elles permettre de mettre un peu de distance. » Quel jugement de valeur sur les angoisses d’un collègue vulnérable dont le médecin à indiqué un risque à 70% de développer une forme grave de la maladie ! Ce genre de propos sont insupportables alors même que le discours du gouvernement et celui porté par les médias est bien celui de la peur. Madame la Directrice Académique, les enseignant.e.s qui sont sous votre responsabilité ont besoin de décisions fortes pour leur sécurité. Si vous n’avez pas les moyens de répondre à certaines d’entre elles (dédoublement, recrutements), d’autres sont dans vos prérogatives. Nous vous demandons donc d’intervenir sur les situations déclinées dans ce courrier. Veuillez agréer, Madame la Directrice, l’assurance de notre attachement profond au service public d’éducation.

Pour le SNUipp-FSU 29, Sabrina Manuel, secrétaire départementale.

 

25 visiteurs en ce moment

*Top

71, Rue Jacques le Viol 29 000 QUIMPER Tel :02 98 53 76 77 email : snu29@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Finistère, tous droits réservés.